jeudi 28 juillet 2022

 Les petits miracles.

Les petites choses. Vous ai-je dit que je croyais aux infusions ? Ho, pas à la camomille (c'est pas bon, hein ?) ni à la farigoulette (quoique...), non, je crois aux infusions de joie. De bonheur, de plaisir, de partage, de rigolade, enfin de choses qui ont un petit astérisque +++.

Je crois vraiment que si on est sincèrement heureux de partager quelque chose, si on croit vraiment que cette énergie joyeuse va diffuser et bien.... on la diffuse. S'en empare qui veut. 

Les livres ont changé ma vie. En lisant, j'ai entrevu d'autres planètes que la mienne, toute petite. En lisant, j'ai su qu'il existait d'autres mondes, plus riches, plus subtils, plus compréhensifs, plus doux, plus écoutants, plus exigeants. J'ai trouvé des consolations, vérifié des hypothèses, j'ai su que j'avais le droit d'exulter, d'enlacer, de rejeter. Mon éventail s'est ouvert. Les épouvantails se sont vus rabougrir.

Les ateliers, c'est ça : j'ouvre un éventail. Prenez de l'air, si vous en voulez.

Là, il y avait des enfants, des manans, des papas, des bébés, des bénévoles (que serait ce pays sans les bénévoles ?), j'ai ouvert l'éventail.

A un moment, c'était juste très beau. On respirait.



On s'est dit "Viens, on se met par terre" et tout le monde était d'accord.






On a bien discuté !

Une toute petite bébée juste heureuse d'être avec nous

Elle n'a pas deux ans mais elle fait comme les grands.














jeudi 30 juin 2022

 Mais où ai-je donc la tête ! Je ne vous ai pas dit, toute à ma joie que j'étais : Ana Duna et moi avons gagné le prix des Incorruptibles, catégorie maternelles. Avec notre petit "Aïe Aïe Aïe" (tellement pénible à écrire à l'ordinateur, ce titre !)


Le prix des Incos, c'est 500 000 enfants engagés. Un enfant, un vote, et les adultes n'ont pas leur mot à dire.

Alors moi, qui suis pourtant presque adulte, je dis ce mot : MERCI !

Merci les loupiots !

 Le Livrodrôme.

C'était une belle fête autour de la littérature jeunesse. Toute la journée, les classes se sont succédées. Les enfants ont pu s'essayer à l'imprimerie, se sont vus prescrire des livres sur mesure par des presque vrais docteurs, ont causé dans le poste et tout et tout. C'était joyeux, les collégiens étaient tout heureux de ne pas avoir cours et de n'être obligés à rien. Du coup, ils ont fait plein de choses.

Avec Johanna, du "labo des histoires", on a élaboré une grande loterie de l'écriture. J'étais à la conception, elle à la (magnifique) réalisation.  On a fait écrire des centaines d'enfants, de jeunes et même d'adultes.


Ils se sont bien amusés. Ils se sont lâchés, ont cogité, rigolé, pesté.

Certains sont restés une heure, d'autres cinq minutes, on a eu des ravisés trop timides pour tenter l'aventure puis revenant avec une copine, on a eu des sourires de fierté, des vocations naissantes.

un haïku bien appétissant !


On a eu des classiques et des excentriques.

un mot-valise attendrissant

Des poétiques et des pragmatiques.





l'écritude abécédaire, c'est dur, surtout sur la fin !

Et le tautogramme, c'est pas simple non plus !

On a passé un beau moment, j'espère qu'on a débloqué des plumes enkystées dans le gros pavé de la peur. Ecrire, c'est amusant. Si !




mardi 14 juin 2022

Comment naissent les livres...

Quentin Gréban est un grand auteur-illustrateur. C'est un fait. Moi, je ne fais que des textes (" C'est déjà ça" m'a dit un jour un monsieur, un peu désolé pour moi). Lorsque je demande aux enfants pourquoi je ne dessine pas, à leur avis, je vois bien qu'ils n'osent pas me vexer. Jusqu'à ce qu'il y en ait un, un peu moins diplomate, qui lance : "Parce que tu dessines mal !"

Ben c'est vrai. J'admire tellement ceux qui dessinent ! En dédicace, à côté d'un illustrateur, j'en oublie de faire mon job. Je regarde le crayon marcher tout seul, car c'est ce qu'on dirait, pendant que le dessinateur-trice semble penser à tout autre chose, parle, rit...

Quentin, par l'intermédiaire de notre éditeur, m'a envoyé des dessins. On y voyait un petit koala, en slip. Et quelques phrases : "A la piscine, le petit koala réalise qu'il ne retrouve plus son pantalon. Tout le monde va voir son slip à fleurs."

Il voulait une ambiance "Amérique années 50, les diners, etc".







Et comme un jeu, il m'a dit "A toi !"
C'est ce que j'ai fait. D'habitude, ça ne fonctionne jamais comme ça : au commencement, il y a le verbe. Et puis les dessins ensuite.
J'ai adoré faire ça. J'adore le résultat. Il est tendre et drôle, ce petit koala. Il s'affranchit du regard des autres avec courage. C'est un cadeau pour tous ceux qui n'osent pas se montrer tels qu'ils sont, tous ceux qui ont honte. Allez, en slip, petit koala, tu es formidable ! Sois fier de toi !
Merci Quentin ! Tellement merci ! Inspirant, c'est l'adjectif qui me vient : ton dessin a entraîné tellement de mots dans ma tête ! Dis, on en fera d'autres, hein ?
PS : sortie le 15 septembre...








jeudi 10 février 2022

Le feuilleton des Incorruptibles

Le prix des Incorruptibles est un prix littéraire dont les jurés sont uniquement des enfants. Les enfants lisent les livres préselectionnés et élisent leur préféré. En parallèle, il y a des activités qui sont proposées aux classes inscrites : des correspondances avec les auteurs mais aussi l'écriture d'un feuilleton quasiment en direct, à l'ancienne ! Tous les quinze jours, l'auteur propose un chapitre et les enfants réagissent. Ils sont donc tout à la fois lecteurs, éditeurs, critiques... Le rôle de l'auteur est multiple, il doit écrire un roman, bien sûr, mais il doit aussi inclure les classes dans le processus et répondre aux lettres. J'ai adoré. Les six classes, des CE2, CM1, en majorité m'ont imposé un rythme bien balancé, ils se sont montrés curieux, marrants, pertinents, créatifs, affectueux. Ils m'ont bombardée de réflexions, d'hypothèses (ils m'ont souvent obligée à changer ce que j'avais prévu, perspicaces qu'ils étaient ils prévoyaient la suite !). Oui, j'ai pas mal gambergé pour les surprendre. Ils ont été généreux, incroyablement ! Je voudrais partager quelques extraits de leurs courriers, de mes réponses, vous montrer leurs dessins, leurs idées... Merci à leurs maîtresses, tellement investies, à fond, bienveillantes. morceaux choisis :
une lettre
Chère Christine, 
Nous sommes d’accord pour que tu mettes nos dessins sur ton blog, on ira le voir. 
 Ton 6ème chapitre était génial. C’est bien que ça se termine bien, que les enfants restent amis. On avait deviné. 
 Ton livre est très intéressant parce qu’il y a des secrets, du suspens. 
 On a appris plein de mots nouveaux. 
On se demande quel sera le titre
 On a fait un vote en classe avec les 4 titres que nous avions trouvés : Tim et Sara, Une nouvelle vie, Les amoureux, Le secret, c’est Une nouvelle vie qui a eu le plus de voix. 
A quel éditeur vas-tu demander pour que le livre soit publié ? S’il sort, est-ce qu’il y aura une suite ? 
On espère que toi aussi, tu es en vacances. 
Voilà, on trouve que notre projet s’est bien déroulé, on est triste que ce soit la dernière lettre.
 Au revoir Christine, Les élèves de l’école Lucie Aubrac 

Quelques mots des élèves : Ilan : « On est content de t’avoir parlé. » 
Alice : « J’suis contente que nos propositions soient dans le livre. » 
Enzo : « Elle était bien votre histoire. » 
Thiago : « Au revoir Christine, j’ai été heureux de te connaître. »
 Chloé : J’aime bien que tu aies mis ma blague dans ton livre. » 
Lina : « On a beaucoup aimé écrire ce livre avec toi. »
 Eléna : « j’suis contente d’avoir lu ton livre. » 
Gabin : « J’ai aimé faire ta connaissance. » 
Mayana : « J’espère que ton livre sortira. » 
Laïna et Ninon : « Je suis contente d’avoir fait un livre avec toi. »  Lola : « Je suis contente d’avoir parlé avec toi. » 
Giuliano : » J’étais content de lire ton livre. » J’aimerais bien te voir en vrai.
 La maîtresse : Merci pour ces échanges, cela a été un vrai bonheur de partager les lectures, les courriers avec vous et mes élèves. Et comme eux, je suis un peu triste que ça s'arrête.

Moi aussi, je suis triste que ça s'arrête...

samedi 8 mai 2021

En attendant les jours meilleurs

 Ca fait longtemps que je n'ai pas posté des oeuvres de mes petits chouchous...

La consigne était : "Tu commences par un triangle"



Des déclarations d'amour aussi magnifiques que spontanées...





Un petit chaperon rouge en plein burn out



une famille avec deux mamans-reines aussi belles l'une que l'autre




Une souris, ça a quatre pattes, c'est tout. Elle peut aussi avoir deux bras...



                                    Une biographie de mon "Esmée" vraiment touchante.


                                        Une petite souris avec des piercings

samedi 17 avril 2021

Comme un auteur jeunesse sans enfants...

 Malgré ce putadebordechian  coquinou de virus, on essaie de faire des choses. Alors, des choses modestes, hein, mais des choses tout de même. J'ai pu parler à des enfants, en visio, jusqu'à Madrid ! C'était pas simple, on était tributaires de la technique, ça faisait drôle de parler avec des enfants au visage masqué, c'était absolument épuisant mais on l'a fait ! Et c'était merveilleux !

On a aussi fait des échanges écrits, ça tombait bien, finalement, de ne pas pouvoir se voir, ça nous a permis de redécouvrir une fonction essentielle de l'écriture : communiquer ! (et faire marcher la Poste) !

Ce qui est dingue, on en parlait avec les collègues auteurs, c'est que les quelques rencontres qu'on a pu mener à bien ont toutes été extraordinaires ! Pareil pour les lettres et mails.



A quoi c'était dû ? Au fait que les maîtres qui ont tout de même embarqué leurs classes là-dedans sont forcément des mordus- aventuriers, des Indiana Jones de leur classe ? Au fait que c'est rare, donc précieux ? Au fait qu'on ne pourra pas faire grand chose cette année alors profitons de la pépite ? Au fait que les enfants sont avides de nourritures intellectuelles ? 

On ne sait pas bien, mais toujours est-il qu'on m'a posé des questions incroyables, que j'ai eu des dessins, textes, commentaires d'une fraîcheur et d'une luminosité insensées !

Big up à tous ceux qui tiennent le coup... Et pour les rencontres annulées, promis, on se retrouve vite !

 Les petits miracles. Les petites choses. Vous ai-je dit que je croyais aux infusions ? Ho, pas à la camomille (c'est pas bon, hein ?) n...