mardi 25 novembre 2014

Diguiling diguiling (ceci est un bruit de clochettes)

Comme Nôel approche, il est temps de vous présenter la gracieuse Pustula. Seulement, il faut bien le dire, elle fait un peu tache dans le genre "esprit de Noel".

Bon, ici, je fais une pause. Pourquoi, à votre avis, ai-je tant traîné, tant procrastiné pour écrire un article sur ce beau livre qui a paru en...octobre ?
Je vous l'avoue : Je HAIS écrire le mot NOEL. Encore, en majuscules, ça passe. Mais en minuscules... Le tréma, je le hais. Je le mets avant, après, confondu avec le petit circonflexe, son voisin de cellule, bref, à chaque fois, je dois réécrire ce mot désormais craint. Je frise le burn out C'est dur, la vie d'auteur. Donc, je repousse... 

Et nous voici presque en décembre, la pauvre Pustula doit se languir : l'aurais-je oubliée ? 

 Que nenni, mon affreuse ! Tu pourras figurer en bonne place sous le sapin, le soir de Noêl ! Le père Nöel te portera dans ses grands bras musclés jusque devant la cheminée, petite sorcière mal embouchée, dérangée par un lutin tombé du traïneau (oui "trai¨neau" c'est pareil) ! Alors donc, voilà-ti pas que le lutin se retrouve devant sa porte avec un bobo. Et que je te réclame un pansement, et que je veux une tisane, et encore un bisou-qui-guérit et que sais-je encore.
 Eh, Pustula, si tu découvrais la tendresse ? Après, tout, c'est magique, NoEl !
Aux éditions "Le pas de l'échelle".

A noter : version spéciale pour les écoles maternelles : un kamishibaï, trois niveaux de lecture différents et un fichier pédagogique avec ! (il y en a un peu plus, je vous le laisse ?)

 


mardi 21 octobre 2014

Quand les enfants dessinent Gloups

Ma comparse, Marianne Barcilon, m'a appris à dessiner certains de nos personnages fétiches. Et surtout, elle m'a montré comment apprendre aux enfants à les dessiner ! Magie de la pédagogie ! Ca marche ! On y va pas à pas : "On dessine un bol, on dessine un pont, on dessine... un zigouigoui...." Et voila ! des enfants de 4 ans, en début d'année... Et puis, rigolade assurée !
Gloups est punk. Vous l'ignoriez ?


J'ai bien expliqué que l'expression se trouvait dans le sens des sourcils. Message reçu.

On a mis Gloups au dessus du poisson rouge, pour voir s'il résisterait à l'envie de le gloupser.
Il a résisté.
J'avais dit ; "Autant de dents que tu veux . " En revanche, je suis à peu près certaine de ne pas avoir évoqué de queue.



Très bien colorié.




lundi 13 octobre 2014

La Lapindicite

Je voulais depuis longtemps écrire un livre sur la somatisation.
Encore maintenant, lorsque j'entre dans une piscine municipale, j'ai mal au ventre. Ma soeur aussi.
Nos parents, animés des meilleures intentions, nous avaient inscrites à un cours de natation. Et on avait peur. Tous. Tout le groupe. Pourtant, il était super gentil, le maître-nageur ! Il ne nous forçait à rien, il était valorisant et tout et tout... Je me souviens de ce mal de ventre, du passage obligé dans les toilettes au sol humide de la piscine et de mon interrogation : L'odeur de la piscine donnait envie de faire caca ou quoi ? En fait, on nous avait raconté qu'à un moment, il nous jetait dans le grand bain... Je me suis d'ailleurs resservie de cette peur, peur des choses qu'on imagine horribles pour "jour de piscine".
Plus tard, le dimanche soir, au moment de prendre le train pour retourner à l'internat, la même douleur.
Et puis, en costume de maman, j'en ai massé, des petits bidous, réchauffé, des estomacs crispés, infusé, de la camomille. Alors, je voulais écrire une histoire qui dirait que quand les mots sortent, ça va déjà mieux...
Eh ben mes aïeux ! J'aurais mieux fait d'aller à la pêche le jour où j'ai eu cette idée ! Entre le gnangnan et les gros sabots, le trop léger et le "sortez-vos mouchoirs", la marge de manoeuvre a été, pour moi, toute toute petite !
J'ai du en pondre, je ne sais pas... 10 versions !
Tiens, j'étais pas loin de l'ulcère, m'sieurs -dames !