mardi 14 février 2017

Nina en colère

Autant te le dire tout de suite, cher ami, cette histoire m'en a fait baver ! Mais qu'est-ce qui m'a pris de vouloir écrire sur la colère ? Hein ? HEIN ? Pourquoi ?
Parce que sous ce vocable que tout le monde semble comprendre du premier coup se cache une arborescence luxuriante comme une forêt amazonienne.
Y-a-t-il une ou des colères ?
Des légitimes et des répréhensibles ?
Il en existe des auto-centrées, des altruistes, des généralistes, des spécialisées, des rentrées, des spectaculaires, des explosives, des lentes... Bref, à un moment, je me suis dit que j'aurais aussi vite fait de réécrire la célèbre chanson de Pierre Perret sur un sympathique attribut masculin.
Alors, je me suis demandé ce qui était le plus difficile à gérer, à dépasser, à transformer.
La colère contre soi.
Ouf !
Ma pauvre petite Nina, ma Ninotchka ! Ca va passer, va...


2 commentaires:

  1. Je crois que tu as bien raison, cette colère, c'est la plus dure à gérer. J'ai un petit bouchon dans ma classe avec la même tête que ta Nina en colère. Alors, je vais commander ton nouvel album. Si ça pouvait nous aider ... même simplement à en parler ...

    RépondreSupprimer
  2. La colère, hou quelle vilaine...Bravo Christine!

    RépondreSupprimer