mardi 13 mars 2012

Mon catalogue de numéros



Il arrive parfois qu’un maître, une maîtresse, un bibliothécaire ou une documentaliste (changez le genre et le nombre à votre gré) m’invite puis, quelques temps avant la rencontre, m’envoie un petit mot. En général, ça a l’air tout calme, comme demande :
 « Chère madame, 
que pouvez-vous nous suggérer, comme idée d’animation avec un  groupe de 25 petits-moyens ? 
Cordiales salutations, la maîtresse ». 
Message que je peux parfois, puisque je suis moi-même enseignante, traduire ainsi :
  "MAYDAY, MAYDAY ! Nous sommes en présence de 25 ti-papoutes rhinopharyngités et agités et j’ai trop les  chpettes* que ça vire au jus de boudin. Vous êtes SURE qu’on fera face, surtout vous, Madame l’auteure ? Et puis d'abord, vous savez faire quoi, exactement, comme tour de magie hypnotisante ? Salutations, une prof des écoles dubitative»

Ce à quoi je réponds : "A pas peur Maîkresse".

Voici donc quelques pistes :
 -         On peut faire une simple rencontre. Les enfants ont lu quelques livres, ils ont préparé quelques questions. Moi, j’ai de mon côté un stock de plus en plus fourni d’anecdotes, de petites saynètes qui rendent le livre proche, vivant, accessible, quotidien.
-         On peut suivre le parcours d’un livre, de sa conception dans le dedans de ma tête à sa réception. J’ai des maquettes, des originaux, des photos…
-         On peut envisager un atelier d’écriture : on part d’un livre (ou pas) et on élabore un texte. Ce travail peut aboutir à la création d’un « vrai » livre que chaque enfant pourra rapporter chez lui et faire ainsi bisquer ses frères et sœurs partager fièrement son travail.
-         Ce peut être une simple lecture. Avec des mises en situations, avec des petits sketches, des moments revisités… Marianne Barcilon, ma complice, m'a appris à croquer quelques personnages de nos histoires : on peut faire des dessins en direct...
-         Je peux aussi venir simplement m’extasier devant les travaux des petits.  C’est pas pour me vanter mais j’ai une grosse capacité d’extase.
-         On peut mettre en place des activités : par exemple, j’apporte des livres traduits et on essaie de deviner la langue, ou alors on imagine le texte à partir des dessins… Tout est possible.
-         Le maître ou la maîtresse a un projet bien élaboré. J’arrive et me coule dedans. C’est pas pour me vanter mais je suis très coulante.
-  Avec des grands, on peut envisager une correspondance, ou une vraie interview, un atelier d'écriture, de poésie, de pièce de théâtre, le tournage d'un reportage...
-         Je me pointe et je me laisse bisouiller, papouiller, tripoter. Je fais des câlins, je chante des chansons, je mets de la pommade de mon cœur sur les bobos, je fais les photocopies, je bois le café. C’est pas pour me vanter mais je suis très caféinée.
Parce qu’on est bien d’accord : le but, c’est de faire en sorte que la lecture, les livres soient directement associés à la notion de plaisir… Hein oui ?

* « Chpettes » : mot de patois lorrain signifiant littéralement : les foies, la trouillotte, les bouboules, les chocottes, la glaglatte…

dernière minute : un lien de Zinc grenadine, un des salons les plus sympas jamais faits ! http://www.zincgrenadine.fr/p/accueillir-un-auteur.html

1 commentaire:

  1. Dommage que je ne sois pas professeur des écoles... J'aurais a-do-ré t'inviter!

    RépondreSupprimer