mardi 10 septembre 2013

Nina veut un animal (et moi aussi)

Voilà, tout est dans le titre…
Au lieu de faire l’article sur le bouquin, je vous raconte ma vie :
Quand j’étions minaude, j’habitions au bord de la nationale. La conséquence directe de ce fait fut que, malheureusement, l’histoire de Paf le chien figura à plusieurs reprises dans la biographie familiale. Après avoir enterré Poly, puis Dick, puis Cannelle, il fut décidé de stopper définitivement  l’adoption de compagnon à poils.
Or mon père, un jour, rendit service à un paysan (la nature du service ne m’est pas connue). Le cultivateur lui demanda :
-          Eh, l’Francis, quoi c’est qu’te veux pour te r’mercier  d’ton service que tu m’as fort urbain’ment rendu ?
-          Eh ben, mon gros, ça fait un sacré bail que j’avions point croûté d’civet d’lapin dans mon auge (oui, mon père retrouvait ses racines paysannes au contact des paysans).
-          Castagnette (déformation meusienne de l’expression « qu’à cela ne tienne »), mon piot, t’en auras un d’main matin, vindiou !

Le fait est que le lendemain matin, aux aurores, un bon gros lapin était déposé devant la porte du garage.
Sauf qu’il était… vivant.
Mon père, élevé à la dure, à cinq heures debout pour traire les vaches et que je te fais du boudin dans la cuisine et que je te plume les poulets avec les dents, mon père, donc, ce dur à cuire a regardé le lapin. Il est allé chercher son grand couteau.
Et puis le lapin l’a regardé.
C’est comme ça qu’on a eu un lapin.
Tom qu’on l’a appelé. Qui est devenu Tomette après une colonie de vacances chez mes grands-parents au cours de laquelle Tom est devenu mère de famille nombreuse.
Bon, malheureusement, mon grand-père, lui , élevait des lapins pour les MANGER (oh my God !) et comme on n’avait pas mis de signe particulièrement distinctif à Tomette , un certain été 79 lui fut fatal et Tomette finit en terrine. Paix à sa tartine.


 

1 commentaire:

  1. Ça c'est un livre que j'aurais voulu avoir petite ! Nous aussi on a eu un lapin qui a changé de nom, Ernest est devenu Ernestine ...

    Bravo en tout cas !

    RépondreSupprimer